Cappella Mediteranea

Résultat pour :
disque

Lully, Motets

Bien que Lully n’occupât jamais de charge à la Chapelle du roi, son influence sur le développement du grand motet, si emblématique du Grand Siècle, fut décisive. Il composa pour les grandes cérémonies de la cour des motets d’apparat célébrant la gloire de Dieu et celle du roi. Le Dies iræ et le De profundis de Lully furent donnés lors de funérailles royales. Mais son motet le plus célèbre est sans conteste son Te Deum, favori du roi.

Monteverdi, Lettera Amorosa

Après le succès de l’album consacré à Francesco Cavalli, voici à nouveau ces interprètes dans un programme entièrement consacré aux œuvres a voce sola de Claudio Monteverdi, entre le célèbre Lamento d’Ariana et le sublime (et moins connu) Voglio da vita uscir… Mariana Flores incarne ici les plus émouvantes personnalités de ce répertoire montéverdien.

Passio Secundum Johannem Alessandro Scarlatti

La version proposée par Leonardo García Alarcón intercale des méditations confiées au chœur ; celles-ci proviennent des répons pour le Semaine Sainte, compositions polyphoniques qui révèlent un genre très peu connu pratiqué par ce compositeur.

Monteverdi, I 7 Peccati Capitali – Les 7 Péchés capitaux

Cinq voix réunies autour d’un petit orgue rivalisent de tension, de souffle retenu dans des chromatismes descendants extraordinairement rugueux. Le geste du chef debout derrière son instrument ralentit le temps, étire les notes, tisse entre les voix des fils invisibles. 24 heures - reportage à la création

Cipriano de Rore, Ancor Che col partire

C’est avec un hommage au plus génial des compositeurs flamands de la Renaissance que Ricerar célèbre d’une façon très originale ses 35 ans ! L’oeuvre de Cipriano de Rore (1515/16- 1565) a connu un succès considérable, bien au-delà de son décès. Certains de ses madrigaux se retrouvent dans des dizaines de versions ornementées et ce, jusqu’au début du XVIIe siècle, un succès tout à fait exceptionnel.

Cavalli, Heroines of the venetian baroque

Fidèle à l’intimité de l’instrumentation vénitienne, Leonardo García Alarcón se borne à servir la fraîcheur et la proximité d’une musique dénuée de lourdeurs stylistiques et des conventions dont regorgera le répertoire lyrique dès la mort du compositeur de Giasone.

Monteverdi, Vespro della Beata Vergine

Florilège de couleurs, de styles et d'audaces, les Vespro della Beata Vergine témoignent du génie de Monteverdi, qui a inspiré l'Europe entière. Fidèle à son univers de nuances et d'intensité, Leonardo García Alarcón leur insuffle vitalité, ferveur et grâce.

Zamponi : Ulisse All’isola Di circe

Ulisse par Gioseffo Zamponi est écrit dans le style nouveau des opéras vénitiens avec la présence de personnages bien typés ; dans un langage qui, d’une part, allie le recitar cantado aux arie, et, d’autre part, alterne la théâtralité à des épisodes d’une grande émotion, cet opéra est une véritable découverte qui a enthousiasmé tous les artistes qui y ont participé à sa résurrection. Pour cette réalisation importante, les trois ensembles que dirige régulièrement Leonardo García Alarcón sont réunis.

Falvetti, Nabucco

Un baroque brillant, porté par un souffle venu de la méditerranée... Voici ce que vous trouverez en écoutant ce Nabucco de Falvetti. Cappella Mediterranea et le Chœur de Chambre de Namur dirigés par un Leonardo Garcia Alarcon inspiré, s'approchent d'un juste équilibre entre passages instrumentaux et airs. Ce disque est surtout un pur moment de bonheur et de fraîcheur.