Veneziano, Passio per il Venerdi Santo

À Propos

La Passion selon saint Jean  dans sa version napolitaine de 1685 vient magnifiquement illustrer les différences profondes entre la vision protestante du drame (bien connue chez Bach) et celle, sensée marquée de sensualité, du style italien. 

Gaetano Veneziano (1665-1716) fait partie de la première génération de grands compositeurs napolitains, et devint Maître de la Chapelle royale de Naples en 1704. Sa carrière exclusivement dédiée à la musique est très marquée par le style des opéras napolitains.
Sa  Passion pour le Vendredi Saint  joue en effet d'une théâtralité permanente, dont le fil conducteur (l'évangéliste) voit son discours haletant ponctué des interventions des personnages de la passion, foule inclue. La "profondeur" des passions allemandes est ici remplacée par une expressivité à fleur de peau. Pas de grands chorals où les fidèles se reconnaissent, mais avant tout un drame de protagonistes très marqués par la tradition d'opéra qui fait de cette passion un vrai drame sacré!

Leonardo García Alarcón s'attache à faire revivre cette partition magnifique, sœur de la Passion de Scarlatti déjà exhumée avec la splendeur par la Cappella Mediterranea en 2017, en fédérant les solistes investis avec ce drame italien reprend toute sa saveur du sud ...

Programme : 

Passio del Venerdì Santo, Gaetano Veneziano
Stabat Mater, Antonio Nola

Distribution

Valer Sabadus, Contre-ténor Évangéliste 
Makoto Sakurada, Ténor, Christ  
Philippe Favette,  Basse, Pilate

Chœur de Chambre de Namur
Millenium Orchestra 
Cappella Mediterranea, continuo                                                                                                        
Leonardo García Alarcón,  direction

Photos