Cavalli, Erismena

Prochaines représentations

Luxembourg, Grand Théâtre

Tickets

Luxembourg, Grand Théâtre

Tickets

À Propos

Drama per musica en un prologue et trois actes, représenté au Teatro San Apollinare, à Venise, le 26 (ou le 30) décembre 1655.

de Francesco Cavalli
Sur un livret de Aurelio Aureli

Direction musicale Leonardo García Alarcón
Mise en scène et lumière Jean Bellorini

Décors Jean Bellorini et Véronique Chazal
Costumes Macha Makeïeff
Maquillage / coiffure Cécile Kretschmar
 
Collaborateur artistique à la mise en scène Mathieu Coblentz
Assistante à la direction musicale, cheffe de chant Monica Pustilnik
Chefs de chant Ariel Rychter, Jacopo Raffaele
Conseiller musical et linguistique Fabián Schofrin
Assistante aux costumes Claudine Crauland
 
Erismena Francesca Aspromonte
Idraspe Carlo Vistoli
Aldimira Susanna Hurrell
Orimeno Jakub Józef Orliński
Erimante Alexander Miminoshvili
Flerida Lea Desandre
Argippo Andrea Vincenzo Bonsignore
Alcesta Stuart Jackson
Clerio Moro Tai Oney
Diarte Jonathan Abernethy
Cappella Mediterranea

NOUVELLE PRODUCTION DE L’ACADÉMIE DU FESTIVAL D'AIX.
EN COPRODUCTION AVEC LES THÉÂTRES DE LA VILLE DE LUXEMBOURG

LA PRESSE (Sélection)

Resmusica, Charlotte Saulneron-Saadou

À AIX, LE NOUVEAU PETIT BIJOU D’ALARCÓN S’APPELLE ERISMENA

Entre une direction musicale fouillée d’un des plus grands spécialistes du répertoire baroque de notre époque en la personne de Leonardo García Alarcón, une distribution vocale fraîche tout autant que sublime composée en grande partie d’anciens artistes de l’Académie, et enfin l’intimité et l’acoustique idéales de ce petit Théâtre du Jeu de Paume, Erismena trouve un écrin exceptionnel à Aix-en-Provence pour révéler toutes ses merveilles typiques de l’opéra vénitien du XVIIe siècle.

(...) ce n’est pas ce qui retient l’oreille durant ces trois actes mais plutôt des ritournelles particulièrement séduisantes, une succession d’airs plus raffinés les uns que les autres, et surtout ces récitatifs continuellement traités en arioso, contribuant ainsi à ce que cet opéra sonne tel un véritable petit bijou du genre. La rythmique exubérante de cette direction donne un cachet tout particulier, plein de dynamisme, de variété, de sensibilité et d’humour.

Le catalogue de Cavalli ne compte pas moins de vingt-sept opéras. Face à l’excellence de ce spectacle, une seule question se pose : à quand le prochain, Monsieur Alarcón? 

Télérama Sophie Bourdais

Erismena, une perle baroque qui charme l'oreille

C’est d’abord à Leonardo García Alarcón qu’on doit cette mise à l’honneur d’une œuvre injustement oubliée. Depuis 2013, le claveciniste et chef baroque se fait l’avocat passionné du compositeur vénitien, en qui il voit « le Mozart du XVIIe siècle.

A nos oreilles, Erismena sonne comme une vraie fête baroque, avec son petit orchestre (douze musiciens) aux grands effets, son continuo chatoyant et fourni, ses couleurs instrumentales vives et chaleureuses, sa rythmique irrésistible. Le plateau vocal est dominé par la merveilleuse soprano Francesca Aspromonte, découverte l’an dernier dans l’Orfeo de Rossi, et revue récemment au Festival de Saint-Denis dans l’Orfeo de Monteverdi. Bouleversante Erismena au timbre de velours remarquablement nourri et projeté, elle est bien accompagnée, notamment par les deux contre-ténors aux personnalités vocales riches et complémentaires que sont l’Orimeno de Jakub Józef Orliński - Countertenor et l’Idraspe de Carlo Vistoli • countertenor. Susanna Hurrellest une piquante Aldimira, Lea Desandre une gracieuse et désarmante Flerida, et le ténor Stuart Jackson use plaisamment de sa taille respectable pour renforcer la dimension comique de la nourrice Alcesta...