Actualités / Archives

CRITIQUE

King Arthur à Genève par Opéra Online

Lire

CRITIQUE

King Arthur à Genève par Le Temps

Lire

INTERVIEW RADIO
Le Roi Arthur à lʹOpéra des Nations

Lire

OPERA

King Arthur de Purcell au Grand Théâtre de Genève à partir du 26 avril 2018

Lire

"Passion pour le Vendredi Saint" de Gaetano Veneziano ces 28 et 30 mars à Bruxelles et Versailles

Lire

VIDEO

Il Giasone à l'Opéra de Versailles

Lire

VIDEO ENREGISTREMENT

Notre hommage à Joan Manuel Serrat

Lire

[ ENREGISTREMENT]
• Un disque hommage à Joan Manuel Serrat •

Joan Manuel Serrat, un grand inconnu en France.
Sa popularité dans les pays hispaniques est comparable à celle d'un Jacques Brel . 

Mariana Flores, Soprano
Arrangements : Quito Gato
Sur une idée originale de Leonardo García Alarcón

Orchestre
Amandine Solano, Sue-Ying Koang, violon
Diana Vinagre, violoncelle
Margaux Blanchard, viole de gambe
Quito Gato, vihuela et guitare
Mónica Pustilnik, guitare
Rodrigo Calveyra, flûte et cornet
Marie Bournisien, harpe
Eric Mathot, contrebasse
Leonardo García Alarcón, épinette, direction musicale

Images: Bianco Spino (Leonardo Pietromaria Aloi)
Genève, le 19 janvier 2018
https://youtu.be/7Z-rp5almY4

VIDEO EMOTION

Romance Meditérraneo

Lire

VIDEO INTERVIEW

Sur RFI en espagnol

Lire

Leonardo García Alarcón con Jordi Batallé en RFI

El próximo 6 de febrero va a tener lugar en la Capilla Real de Versalles un concierto del Coro de Cámara de Namur y la Millenium Orquesta, dirigidos por el argentino Leonardo García Alarcón con los Grandes motetes de Lully en el programa. Pero antes Leonardo García Alarcón ha estado con Jordi Batalle en Escala en París - RFI / France 24.

Publié par RFI en Español sur jeudi 18 Janvier 2018

à coté

Leonardo García Alarcón invité par Insula Orchestra et Laurence Equilbey ce samedi 13 janvier à Paris

Lire

[PARIS] - Voir Plus

Leonardo García Alarcón à la Seine Musicale ce samedi 13 janvier

"C’est à un chef invité de marque, le charismatique Leonardo García Alarcón, que Laurence Equilbey confie pour la première fois la direction d’Insula orchestra."

PROGRAMME
Saverio Mercadante, Sinfonia su motivi dello Stabat Mater di Rossini - 
Gioacchino Rossini, Pianto di Armonia sulla morte di Orfeo - 
Luigi Cherubini, Requiem (Une œuvre que Leonardo García Alarcón a déjà dirigé, voir ici)

C’est à Paris que beaucoup d’Italiens sont venus chercher au XIXe siècle la gloire et l’inspiration. Séjour réussi pour Rossini qui y invite son compatriote Mercadante. Celui-ci y compose avec sa Sinfonia su motivi dello Stabat Mater di Rossini. Quant à Cherubini, une grande partie de sa carrière se déroule dans la capitale française où il devient notamment surintendant de la chapelle de Louis XVIII en 1816, l’année même de la composition de son Requiem en ut mineur « à la mémoire de Louis XVI ». Le bouillonnant chef d’orchestre Leonardo García Alarcón et le ténor Maxim Mironov, tous deux fins connaisseurs de ce répertoire, célèbrent les liens entre la France et l’Italie.

DISTRIBUTION
Maxim Mironov, ténor Accentus Insula orchestra Leonardo García Alarcón, direction

 Voir Plus

Cappella Mediterranea vous souhaite une belle année 2018

Lire

voeux cappella_6

Télé

Orfeo le 1er janvier 2018 sur Mezzo

Lire

VIDEO

Joyeux Noël à tous

Lire

Nous remercions tous les artistes, nos partenaires et soutiens, ainsi que le public pour cette magnifique et inoubliable année 2017 !

Joyeux Noël à tous
Merry Xmas and Happy Holidays
Feliz Navidad!

REVUE DE PRESSE

Amérique du Sud

Lire

VIDEO EMOTION

Quelques images de la tournée

Lire

PHOTOS

Orfeo à Rio de Janeiro

Lire

CRITIQUE

Cantabile, Buenos Aires

Lire

TOURNEE

Masterclass à Montevideo

Lire

TOURNEE

Un message de Leonardo García Alarcón

Lire

PHOTOS

Orfeo à Buenos Aires

Lire

VIDEO

Orfeo au Teatro Colón, l'accueil public

Lire

Chronique parue dans l'avenir ce 8 novembre

Première étape d’une tournée musicale en Amérique du sud, lundi à soir, pour le Chœur de chambre de Namur. Et c’est dans le mythique Teatro Colon de Buenos Aires que le Chœur de chambre a chanté «L’Orfeo» de Monteverdi. Et il y avait aussi des Belges dans la salle!
Ils sont arrivés fatigués, après plus de 15 heures de voyage, mais ils ont tout donné, lundi soir, sur la scène du Teatro Colon de Buenos Aires. Le chœur de chambre de Namur était, en effet, la tête d’affiche du jour du plus célèbre des théâtres lyrique d’Amérique du Sud. Avec à sa tête son chef, Leonardo Garcia Alarcon et avec l’orchestre de ce dernier La Cappella mediterranea, ils ont proposé au public argentin une plongée dans l’histoire de l’opéra européen avec L’Orfeo de Monteverdi. Monteverdi, c’est l’homme de la naissance de l’opéra. Et cette année 2017 marque aussi le 450e anniversaire de sa naissance, en 1567. Tandis que sa première grande œuvre lyrique, L’Orfeo a, elle, été composée, il y a tout juste 410 ans, en 1607. Rien d’étonnant dès lors que Monteverdi et son Orfeo aient été de toutes les sorties discographiques cette année, mais aussi sur les scènes du monde entier.
Garcia Alarcon, de Buenos Aires à Namur
Chez nous, c’est le Chœur de chambre de Namur qui, sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon et accompagné de La Cappella Mediterranea, a porté la musique de Montverdi en Belgique et en Europe. L’Orfeo créé en mai dernier a déjà fait les beaux soirs de grandes salles belges comme Bozar ou dernièrement les Nuits de septembre à l’Opéra royal de Wallonie. Mais cette fois, c’est pour le chœur – qui fête aussi ses trente ans – le grand saut. On le sait le directeur artistique Leonardo Garcia Alarcon est né non loin de Buenos Aires. Buenos Aires où a été construit, aux tournants des XIXe et XXe siècles, un des plus beaux théâtres lyriques du monde: le Teatro Colon. Une acoustique exceptionnelle doublée d’une capacité incroyable – 4 000 spectateurs dans un théâtre à l’italienne! – et une histoire qui s’inscrit dans celle du XXe siècle mais aussi d’un pays et d’un continent agités… C’est donc pour Leonardo Garcia Alarcon un retour aux sources mais aussi une émouvante première: diriger un chœur et un orchestre dans cette salle où il a un peu découvert la musique lyrique.

Le chœur et son «fan-club»

Lundi soir marquait donc les débuts d’une tournée sud-américaine pour le Chœur de chambre de Namur. Un beau défi auquel se sont associés pas mal de Namurois. Ainsi, plusieurs «Amis du festival musical de Namur», un groupe de passionnés soutenant les activités du chœur, étaient présents. Certains vont continuer la tournée avec les Namurois, d’autres vont en profiter pour découvrir le pays. «Dès que nous avons su que le Chœur chanterait au Teatro Colon, nous n’avons pas voulu manquer l’occasion», nous confie une dame passionnée, «ça fait plus d’un an que nous préparons ce voyage».

Un public moins chaleureux qu’en Belgique

Quant aux Argentins qui étaient très nombreux – la salle était quasiment comble ce lundi soir – ils ont accueilli l’œuvre de Monteverdi de façons très diverses. Une partie de la salle se contentant – à la française – d’applaudir avant de quitter poliment mais rapidement les lieux tandis que le reste des spectateurs, dont le public des derniers balcons souvent le plus exigeant, ont manifestement très apprécié cette Orfeo européenne. Car, c’est aussi la richesse des grandes tournées mondiales, la découverte d’un autre public et de nouvelles expériences musicales. À tous les coups, les Namurois – et leur public habituel – seront gagnants. En attendant, les musiciens préparent déjà leur second concert à Buenos Aires. Ce sera ce mercredi soir avec, cette fois, Il diluvio universale de Falvetti

VIDEO

El Teatro Colón, la meilleure acoustique

Lire

PHOTOS

Eliogabalo à Amsterdam

Lire

CAMPAGNE DE FINANCEMENT

Derniers jours pour vos dons

Lire

Derniers jours pour vos dons - Nous recherchons 100 dons à 50€ pour finaliser le financement de la tournée en Amérique du Sud !

Recevez le sac de la tournée en remerciements !

sac tournée

CRITIQUE

Orfeo à Ambronay par concertclassic.com

Lire

CRITIQUE

Orfeo à Ambronay par olyrix

Lire

CRITIQUE

Orfeo à Ambronay par forumopera.com

Lire

VIDEO

Il Diluvio Universale à Milan et Turin, petit reportage

Lire

Retour sur Il Diluvio Universale de Falvetti à Milan et Turin.
Donner cette œuvre en Italie a quelque chose de particulier

Leonardo García Alarcón l'explique en espagnol sous titré en italien
intervista in spagnolo con traduzione in italiano

ANNONCE

Leonardo García Alarcón et Mariana Flores, parrain et marraine pour IRIS

Lire

Leonardo García Alarcón et son épouse Mariana Flores sont convaincus de l’importance de la cause soutenue par Iris auprès des malades atteints de Déficits Immunitaires Primitifs et ont décidé de s’engager à leurs côtés. Créée en 1998, à l’initiative de parents concernés, l’association représente les nombreux malades en France : environ 6 000 enfants et adultes atteints par un ensemble de 340 maladies génétiques rares, affectant le système immunitaire et les exposant dangereusement aux infections. 

« Quoi de plus noble comme cause à défendre que celle d’Iris dont la vocation est de rendre heureux des enfants face à des difficultés de la vie auxquelles personne n’est préparé. Espérons que notre petite famille puisse aider la grande famille des personnes qui souffrent de ces maladies aujourd’hui en France et partout dans le monde. » Mariana et Leonardo

Découvrez les témoignages de patients sur : www.parolesdepatients.org/actualite/maux-et-mots-la-vie/ .

Soutenez l’action de l’association en faisant un don sur : www.associationiris.org/faire-un-don-en-ligne

VIDEO

Reportage Orfeo

Lire

RADIO

En direct de Potsdam ce 11 juin

Lire

TOURNEE

Il Diluvio à Sanssouci

Lire

VIDEO

Teaser Orfeo

Lire

ANNONCE

Cappella Mediterranea rejoint la FEVIS

Lire

ANNONCE

Nous recherchons un(e) stagiaire

Lire

NEW YORK

Lire

EN DIRECT

Il Giasone le 3 février 19h25 sur Arte Concert

Lire

CRITIQUE

Il Giasone

Lire

Dans la fosse, la Cappella Mediterranea et Leonardo García Alarcón suivent un flux musical tout en finesse, légèreté et alacrité, qui répond idéalement aux impératifs de la partition. Ils parviennent à rendre, dans une saveur instrumentale à la fois ronde et verte, la dimension ludique, la fraîcheur mélodique et les tensions harmonique de l’ouvrage. Le drame et l’ivresse se voient fusionnés avec art.

https://www.letemps.ch/culture/2017/01/26/un-giasone-dejante

VIDEO

Leonardo García Alarcón invité du JT de la TSR

Lire

VIDEO

Il Giasone

Lire

En coulisses, la metteure en scène Serena Sinigaglia et le chef d'orchestre Leonardo García Alarcón nous présentent Il Giasone, opéra baroque composé par Francesco Cavalli.

Après Médéa en 2015, le Grand Théâtre de Genève s’inspire à nouveau du mythe de Médée et de Jason (la quête de la Toison d’Or) en présentant Il Giasone, opéra créé en 1649 à Venise.
Plus d'infos : http://bit.ly/GTG_IlGiasone_1617

PHOTOS

Il Giasone

Lire

RADIO

Leonardo García Alarcón au sujet de Il Giasone

Lire

TIME LAPSE

Il Giasone, montage du décor

Lire

NOS VŒUX

Bonne année

Lire

RECOMPENSE
Les Péchés Capitaux, nommé aux Victoires de la Musique 2017

Lire

Les Péchés Capitaux, notre dernier disque nommé aux Les Victoires de la Musique Classique 2017 dans la catégorie Enregistrements et ce en très bonne compagnie ! 

La 24ème édition des Les Victoires de la Musique Classique aura lieu début février et sera retransmise sur France 3 et France Musique ! 

Enregistrement 
Concertos contemporains – Renaud Capuçon – Erato
Dufourt – Burning Bright – Les Percussions de Strasbourg – Percussions de Strasbourg 
Monteverdi – i7 peccati capitali – Cappella Mediterranea – Leonardo García Alarcón – Alpha Classics

RECOMPENSE

Leonardo García Alarcón, nommé au Québec

Lire

PORTRAIT D'ARGENTINE

Un portrait de Leonardo García Alarcón dans le journal de La Plata

Lire

Leonardo García Alarcón

20 années ont passé depuis qu'avec un billet de 500 dollars, il quitta sa ville natale pour traverser l'Atlantique avec un sac rempli de rêves. 

A 40 ans, Leonardo García Alarcón est devenu l'un des chefs d'orchestre les plus respectés d'Europe. Il vit et enseigne à Genève. La ville suisse où il s'est perfectionné et à travaillé. C'est le premier argentin à avoir réellement dirigé un opéra à l'Opéra de Paris.... El Dia de La Plata....

Lire ici (en espagnol)

FACEBOOK

Alfonsina y el Mar buzze sur les réseaux sociaux

Lire

NOUS ENREGISTRONS

Toute cette semaine, un nouveau CD Monteverdi

Lire
Premier jour d'enregistrement du CD Monteverdi le 24 octobre 2016
Mariana Flores et Cappella Mediterranea à La Chapelle de Felines en Minervois.
Lamento d'Ariana "Lasciatemi morire" .

ACTU DISQUE

Sorties croisées en cet automne.

Lire

ENTRETIEN SAVANT

Leonardo García Alarcón répond à des questions essentiellement musicales

Lire

INTERVIEW VIDEO

Leonardo García Alarcón au sujet de Cavalli

Lire

Hors Cappella

Leonardo García Alarcón en concert avec Jean Rondeau et Thomas Dunford à Ambronay en direct

Lire

CRITIQUE

I 7 peccati capitali, critique radio

Lire

Le Club des Critiques - 22 septembre 2016 sur France Musique, un débat animé par Lionel Esparza. Benoit Fauchet (AFP-Diapason), Richard Martet (Opéra magazine) et Christian Merlin (Le Figaro) commentent avec enthousiasme nos 7 Péchés Capitaux d'après l'œuvre de Monteverdi....Ecoutez ! Ils ont beaucoup aimé. 

Extrait : Monteverdi: La Selva morale spirituale - Alpha A249

PHOTOS

Carmina Latina à Ambronay le 23 septembre, les photos

Lire

EMOTIONS

Ambronay, forever

Lire

TEASER

Carmina Latina, à Genève et Ambronay

Lire

Carmina Latina à Genève et au Festival d'Ambronay entre deux représentations de #Eliogabalo
22 et 23 septembre 2016

Nous serons également à Versailles le 18 décembre avec ce programme

VIDEO

Leonardo García Alarcón, entrevue en espagnol

Lire

RADIO

Rencontre Leonardo García Alarcón

Lire

CRITIQUE

Eliogabalo, Les Echos

Lire

#Eliogabalo
Critique, Philippe Venturini, Les Echos

La passion du chef argentin

En invitant Leonardo Garcia Alarcón, l'Opéra de Paris ne pouvait pas se tromper. Le chef argentin est l'un des meilleurs connaisseurs de Cavalli et du baroque italien qu'il défend avec passion et générosité. Il réunit dans la fosse du Palais Garnier, pour des raisons acoustiques, un orchestre bien plus important que ce que les théâtres vénitiens d'alors proposaient. Il en fait un des acteurs principaux du drame, toujours prompt à donner l'impulsion ou à se lover dans une de ces marches harmoniques et ces douloureux « lamentos » qui rendent la musique de Cavalli si lyrique et sensuelle.

CRITIQUE

Eliogabalo, Classique News

Lire

#Eliogabalo, critique
Alexandre Pham, Classique News

En fosse, Leonardo García Alarcón pilote à mains nues, un effectif superbe en qualités expressives : onctueux dans les lamentos et duos langoureux ; vindicatif et percussif quand paraît Eliogabalo et sa cour infecte. Le chef retrouve le format sonore originel des théâtres d’opéra à Venise : musique chambriste aux couleurs et accents ciselés, au service du chant car ici rien ne saurait davantage compter que l’articulation souveraine et naturelle du livret. En cela, le geste du maestro, fondateur et directeur musical de sa Cappella Mediterranea, nous régale continûment tout au long de la soirée (soit près de 4h, avec les 2 entractes) par sa pâte sonore claire et raffinée, sa balance idéale qui laisse se déployer le bel canto cavalier. 

Saluons l’excellente prestation des chanteurs du Chœur de chambre de Namur (idéalement préparé par Thibaut Lenaerts) : c’est bien le meilleur chœur actuel pour toute production lyrique baroque.

CRITIQUE

Eliogabalo, Formalhaut

Lire

#Eliogabalo , critique de la nuit

Cet ensemble d’artistes qui se cherche dans un univers esthétiquement très travaillé est ainsi naturellement baigné par le flot de basse continue de l’orchestre, qui émerge de la fosse relevée à son maximum pour cette occasion.

La musique conserve une certaine épaisseur et beaucoup de chaleur, les détails des cuivres, la brillance des cordes et les scintillements de la basse continue de Cappella Mediterranea ont un charme prenant, et Leonardo García Alarcón pétrit et entretient cette massivité coulante...

Le Chœur de chambre de Namur plein de nuances inédites dès l’ouverture.

Toute la critique

CRITIQUE

Eliogabalo, Forum Opéra

Lire

#Eliogabalo , critique de la nuit

Un spectacle qui ne néglige rien ni personne...

Pas même l’orchestre, raccroché à la scène par un escalier qu’empruntent volontiers les chanteurs pour se rendre dans la fosse, souvent occupée par l’excellent Chœur de chambre de Namur. Cappella Mediterranea (...) de plus en plus inspirée sous la direction de Leonardo García Alarcón, qui recherche à chaque instant, et trouve presque aussi souvent, la juste pulsation d’une soirée aux rythmes contrastés.

Accès à la critique complète

    

PHOTOS

Eliogabalo, les photos

Lire

PODCAST

7 minutes pour tout apprendre sur Eliogabalo

Lire

#Eliogabalo était syrien....
7 minutes pour tout savoir sur Eliogabalo

INTERVIEW

Leonardo García Alarcón parle d'Eliogabalo

Lire

"C'est ce que j'aime le plus dans ce métier : à chaque fois enfanter une sorte de créature, donner vie à des émotions que peut-être on ne ressent plus." _ Leonardo García Alarcón

Lire ici

VIDEO

Eliogabalo, bientôt.
Images des répétitions

Lire

Après des semaines de travail et de répétitions intensives, "Eliogabalo" de Cavalli va bientôt conquérir le Palais Garnier. 

Première, vendredi 16 septembre.

VIDEO

Coup d'oeil dans les salles de répétition de Eliogabalo

Lire

Eliogabalo, filage costume

Lire

Eliogabalo, Filage costume avec public à l'Opéra de Paris lundi 12 septembre

Photos : Gérald Philippe

VIDEO

Le Festival d'Ambronay que nous aimons tant c'est bientôt

Lire

Le Festival d'Ambronay que nous aimons tant c'est bientôt ! Et il nous le rend bien en nous mettant en vedette dans son teaser 2016...

Nous y serons (entre les représentations de Eliogabalo) le 23 septembre avec Carmina Latina.
Et Leonardo García Alarcón y sera également le 30 septembre avec Jean Rondeau et Thomas Dunford pour interpréter les Sonates en trio BWV 525 à 530 de J-S. Bach dans une version inédite pour deux clavecins
et des Fugues de Mozart.

Leonardo García Alarcón invité de France Musique toute cette semaine

Lire

Leonardo García Alarcón invité de Stéphane Grant sur France Musique à partir de ce lundi 29 août 13h pour toute la semaine pour "Un Grand Entretien".
Une conversation passionnante!

Retour aux sources et au jardin de la maison familiale, à La Plata, pour le début de cet entretien avec le chef argentin : le son du tango dans la radio, une petite encyclopédie musicale et l'émotion d'une Passion selon Saint Matthieu, de Bach.


Leonardo García Alarcón en août 2016. © Stéphane Grant

ACTU DISQUE

I 7 peccati capitali. La Critique sur classiquenews ...

Lire

7 peccati capitali / 7 péchés capitaux, sorti vendredi Critique sur classiquenews ...

En accordant la vitalité de chaque soliste au flux et reflux d’un tissu instrumental des plus opulents, Leonardo Garcia Alarcon confirme sa flamboyante capacité à caractériser chaque figure en situation, porté par un instrumentarium idéalement souple et investi. Après son récent double album dédié aux Heroines du Baroque Vénitien – majoritairement consacré aux opéras de Cavalli, le meilleur élève de Monteverdi, le chef poursuit ainsi son exploration de l’opéra vénitien avec une gourmandise éloquente ; à suivre encore… en ce mois de septembre 2016 où chef et instruments électrisés souhaitons-le, se retrouvent dans la fosse de l’Opéra Garnier à Paris pour la récréation d’un opéra jamais joué du vivant de Francesco Cavalli : Eliogaballo. … autre génie de l’opéra vénitien et ici tout autant engagé dans la rhétorique des passions humaines. De sorte qu’aujourd’hui, il n’est pas d’autres meilleurs interprètes des passions vénitiennes que les musiciens de Cappella Mediterranea.

Lire toute la critique

Leonardo García Alarcón, Tête d'affiche dans le Diapason de Septembre 2016

Lire

Les sept péchés capitaux, notre dernier disque disponible

Lire

Les sept péchés capitaux disponible dès ce 26 août sur les plateformes de téléchargement : 
http://player.qobuz.com/#!/album/3760014192494
https://open.spotify.com/album/69CSFe0LUXsnXR7bnlmTso
http://bit.ly/2bMyhQ14

Et déjà 5 de Diapason

Les sept péchés capitaux, voilà un beau programme monteverdien, mais encore plus beau lorsque les sept caractéristiques en question – paresse, envie, orgueil, avarice, gloutonnerie, luxure et colère – sont contrebalancées par (presque) autant de vertus que sont l’espérance, la chasteté, l’humilité, la tempérance, la charité et le courage, tout aussi monteverdiennes. 

Il en manque une, direz-vous : hé bien, afin de faire pencher la balance du « mauvais » côté, Leonardo Garcia Alarcón, les chanteurs et la Cappella Mediterranea, les petits facétieux, ont décidé de rajouter la prodigalité. Chacune de ces caractéristiques est représentée par un air, un madrigal, un ensemble, tirés de quelques grands opéras – Le Couronnement de Poppée, opéra immoral s’il en est ; Le Retour d’Ulysse, opéra moral s’il en est ; L’Orfeo, opéra trouble s’il en est – ou des grands livres de madrigaux, en particulier la Selva morale e spirituale, morale et spirituelle ainsi qu’on s’en doute. Et, avec ce judicieux assemblage, on croirait presque assister à une sorte de « pastiche » lyrique à l’ancienne, quatorze scènes illustrant les forces et les faiblesses humaines, dans le style si personnel de Monteverdi. Superbe idée. © SM/Qobuz

http://player.qobuz.com/#!/album/3760014192494
https://open.spotify.com/album/69CSFe0LUXsnXR7bnlmTso
http://bit.ly/2bMyhQ14

Eliogabalo, première semaine. Le mot de Leonardo García Alarcón

Lire

Les répétitions de l’Opéra « Eliogabalo » de Francesco Cavalli ont commencé cette semaine à l’Opéra de Paris. 
Une œuvre où la musique et la poésie se sont rencontrés d’une manière miraculeuse. Comme jamais peut-être dans l’histoire. 
(lire la suite du texte de Leonardo García Alarcón)

Eliogabalo, les répétitions ont commencé

Lire

Cappella Mediterranea, Leonardo García Alarcón et Thomas Jolly ouvrent la saison 2016 - 2017 de l'Opéra de Paris au Palais Garnier avec l'Eliogabalo de Cavalli.

Les premières répétitions sont absolument magiques.

Premiere le 16 septembre

  

Création de Ensaladas à Bruges en Belgique, le 7 août dernier

Lire

Création de Ensaladas à Bruges en Belgique, le 7 août dernier

Leonardo García Alarcón et Cappella Mediterranea explorent différents livres de chansons espagnoles, couvrant 5 siècles de musique. Des berceuses et comptines, des chansons d'amour et de guerre, de moisson ou de deuil, mais aussi des chants pour les fêtes liturgiques. Toute la vie est chantée. Ce programme mélange joyeusement le profane et le religieux, l'"appris" et le populaire. 

Réécoutez le concert sur la radio classique flamande, Klara

Les péchés capitaux, trailer

Lire

Bande-Annonce de notre prochain disque, Les Sept Pêchés Capitaux.

Teatro dei Sensi à Saintes, réécoute

Lire

Le concert de Saintes, Abbaye aux dames. 11 juillet 2016

LEONARDO GARCÍA ALARCÓN CÉLÈBRE CAVALLI AU FESTIVAL DE SAINTES – IL TEATRO DEI SENSI – COMPTE-RENDU

Bonheur sans mélange que ce « Teatro dei sensi », grâce aux trois solistes évidemment, mais aussi par la richesse évocatrice qu’Alarcón (qui se partage entre le clavecin et le positif), fabuleux sculpteur de son, obtient de la partie instrumentale, entouré de musiciens tous admirables. Deux exemple seulement : la délicatesse infinie de la dentelle sonore qu’il tisse pour le « Dimmi Amor » de Diomède (Oristeo), dans un parfait unisson poétique avec M. Florès, et, à l’opposé, l’énergie et l'âpreté, très visuelles, qu’il obtient pour l’incantatoire « Dell’antro magico » de Médée.

La retransmission en direct sur Radio Classique a permis à chacun de juger de l’exceptionnelle qualité d’un concert salué par l’impressionnante ovation d’une Abbaye aux Dames archi comble.

Lire l'article en intégralité : _ Alain Cochard concertclassic.com

Nos Falvetti à Versailles en juin 2016, une critique remarquable de Jacques Duffourg-Müller

Lire

Nabucco, Falvetti, Versailles

Falvetti par Alarcón, il était une fois en rhétorique

C'est le tube de l'automne 2010. Le chef argentin Leonardo García Alarcón remet au jour – et au goût du jour – en l'Abbatiale d'Ambronay où sa Cappella Mediterranea a élu résidence, un oratorio d'un obscur compositeur calabrais installé en Sicile, Michelangelo Falvetti (1642-1692). Il Diluvio universale (Le Déluge universel), dialogue biblique à cinq voix et en quatre parties, créé à la Cathédrale de Messine en 1682, entreprend alors une carrière triomphale qui, de disque best-seller en tournées à guichets fermés, ne s'arrêtera plus. Enfin présentée, ce 29 juin, à la Chapelle Royale de Versailles, dans le cadre de son huitième (!) périple européen, la pièce poursuit un parcours devant la mener l'an prochain jusque dans la patrie d'Alarcón : au Teatro Colon de Buenos Aires, en Argentine.

Lire l'article en intégralité. Publié le 07 juil. 2016 par Jacques Duffourg-Müller

Falvetti à Versailles, une critique brillante

Lire

Nabucco de Falvetti, Versailles

Falvetti à Versailles, une critique brillante
(même si Il Diluvio Universale de Falvetti a été joué à Paris contrairement à ce que dit l'article. Une première fois à l'Opéra Comique en avril 2013, un deuxième au Théâtre du Châtelet le 21 janvier 2015.)

Falvetti restera aux portes de Paris

Bien que Falvetti ait réussi à séduire le public européen, il reste étonnant que celui qui en révèle le génie, Leonardo García Alarcón, n’ait pas réussi à le faire entrer dans Paris. Louons donc le château de Versailles de programmer une seconde fois ce mirifique Nabucco en diptyque du Diluvio Universale donné la veille. Cette redécouverte a quelque chose d’à la fois miraculeux et parfaitement à propos. Miraculeux car ces deux œuvres sont les seules de son auteur à nous être parvenues, et à propos car le chef et son ensemble semblent y moissonner tout ce que les Garrido, Savall et Pluhar ont semé avant lui. Nos oreilles sont donc plus que jamais prêtes à apprécier pleinement cet enchantement harmonique permanent, ces vocalises qui évoluent du mélisme à la performance virtuose, ces instruments chatoyants et orientaux joués par des musiciens investis jusque dans leurs silence, ces rythmes dansants, arabisants, où toute la Méditerranée semble s’être donné rendez-vous en cette fin du XVIIe siècle sicilien, quand une société sous domination espagnole s’enorgueillissait d’un syncrétisme musical qui flattait l’exotique au lieu de fustiger l’étranger. Falvetti ferait presque pâlir Cavalli et Monteverdi par sa somptuosité et évoque furieusement le jeune Haendel dans certaines arias (« Il Re di Babelle » et ses vocalises virtuoses qui semblent venir tout droit de Teseo). On savait Hambourg grande terre des métissages musicaux de l’Europe baroque, on découvre en Messine son contre-point insulaire.

Lire en intégralité. Par Guillaume Saintagne | jeu 30 Juin 2016, Forum Opéra

Bruxelles, Nabucco pour la 2e fois un triomphe

Lire

Final de Nabucco à Bruxelles ce 3 juillet, il y a quelques minutes.

Lire

Garcia Alarcón submerge Versailles avec Il Diluvio universale de Falvetti

Lire

Garcia Alarcón submerge Versailles avec Il Diluvio universale de Falvetti

Une grande leçon de musique … et de théâtre

Leonardo Garcia Alarcón a offert ce mercredi 29 juin une interprétation exemplaire du Diluvio universale, chef d’œuvre de Falvetti. Aguerris par les nombreuses reprises en concert et par l’enregistrement réalisé en 2010, les solistes, la Cappella Mediterranea et le Chœur de Chambre de Namur sont parvenus ce soir à Versailles à une maîtrise parfaite des ressorts dramatiques de cet oratorio hors du commun, communiquant au public leur complicité et leur plaisir de jouer ensemble. Une grande leçon de musique … et de théâtre. Il Diluvio fut composé en 1682 à Messine, peut-être à la suite de la guerre sanglante qui venait d’opposer la ville sicilienne au colonisateur espagnol. De manière évidente, si Leonardo Garcia Alarcon met en lumière la violence et l’insoumission que l’œuvre reflète, il choisit aussi de montrer son caractère « insulaire », ouverte aux influences extérieures, et notamment orientales par l’ajout de percussions persanes, ainsi que sa grande proximité avec la musique et le théâtre populaires, proposant par moment de vrais moments de farce. Il parvient ainsi à une forme de spectacle total, d’une très grande richesse de couleurs, de timbres et d’atmosphères différentes, incarnant complétement toutes les dimensions du terme « baroque ».

Lire en intégralité. Par Selvam Thorez, Bachtrack

Les Falvetti à Versailles, photos du public

Lire

Versailles, rehearsal

Lire

Masterclass à Péronnas

Lire

Notre chef invité à diriger un requiem méconnu

Lire

Leonardo García Alarcón dirigeait nos amis du Chœur de Chambre de Namur et de Millenium Orchestra le 8 juin dernier à la Basilique Saint-Denis. 
Vous pouvez revoir le concert sur culturebox, ici

Très belle œuvre que ce « Requiem » de Donizetti, pourtant méconnue, du compositeur romantique italien célèbre pour ses opéras. Ecrite à la mémoire de Bellini, son concurrent et ami, et aussitôt tombée dans l’oubli. Le chef argentin Leonardo Garcia Alarcon la fait revivre au Festival de Saint-Denis, transmise sur Culturebox . Il nous dit ici (lire en intégralité) pourquoi il ne faut pas la manquer.

Maguelone, images de répétitions

Lire

Quelques images de nos répétitions avant le concert de Maguelone le 2 juin dernier

OBLIVION , par William Sabatier et Cappella Mediterranea . El Escorial

Lire